Santé

ASTUCES NATURELLES POUR SOULAGER LA MALADIE DE HASHIMOTO

15/09/2023
Image to render
SOMMAIRE

    Dans cet article, je (Camille, la fondatrice de Anatae), vais m'appuyer sur mon histoire pour vous parler de la maladie de Hashimoto.

    Il y a 4 ans, j'ai ressenti une immense fatigue. Après avoir fait de nombreux tests (je pensais qu'il s'agissait d'une simple carence en Fer) et après voir vu plusieurs spécialistes, j'ai découvert que j'avais la maladie d'Hashimoto.

    Si j'ai eu envie d'aborder un sujet plus personnel et partager ici un bout de mon histoire, c'est parce que j'ai passé, moi aussi, des heures à faire des recherches sur cette maladie encore trop méconnue. Je vous donne aujourd'hui les remèdes naturels que j'ai trouvés pour soulager cette maladie et mieux la vivre au quotidien.

    La thyroïde et les déficiences de la thyroïde

    Le rôle de la thyroïde

    Pour comprendre la maladie d'Hashimoto, il faut comprendre comment fonctionne la thyroïde et ses possibles dysfonctionnements. La thyroïde, qu'est-ce que c'est ? C'est une glande située à la base du cou qui joue un rôle de véritable chef d'orchestre car elle régule plusieurs choses dans l'organisme. Les hormones qu'elle produit affectent la digestion, la fréquence cardiaque, le métabolisme, la croissance, la fertilité. Elles ont un impact sur la qualité du sommeil et de la peau. Vous l'aurez compris, elles ont un rôle essentiel !


    Il existe deux hormones thyroïdiennes : la Thyroxine (T4) et la
    Triiodothyronine (T3). La T4 n'a qu'un effet minime sur le métabolisme mais elle est convertie en T3 qui est une hormone active. Cette conversion est liée à plusieurs facteurs selon les besoins de l'organisme et la présence ou non de maladies. Notons que la thyroïde sécrète une hormone appelée calcitonine qui joue un rôle sur le maintien de la masse osseuse en favorisant la fixation du calcium dans les os.


    C'est la TSH (Thyroid Stimulating Hormone, également appelée thyréostimuline), une hormone stimulante, qui régule la production d'hormones par la thyroïde. La TSH est sécrétée par l’hypophyse, une petite glande située à la base du cerveau. Comment se passe la régulation ? Par un principe de rétro contrôle : lorsqu'il y a une baisse des taux sanguins de T3/T4, la TSH augmente ce qui stimule la thyroïde à produire plus de T3/T4. À l'inverse, un excès de T3/T4 dans le sang entraîne une chute du taux sanguin de TSH pour ralentir l'activité de la thyroïde.

     

    Les problèmes de thyroïdes

    Il faut savoir que les problèmes de thyroïde ne sont pas rares. Ils sont aussi 10 fois plus fréquents chez la femme que chez l'homme.
    La taux de TSH est généralement utilisé pour repérer une déficience de la thyroïde mais ce n'est parfois pas suffisant. La norme laboratoire situe entre environ 0,4 et 4 mUI/l de sang. Ceci étant dit, j'ai découvert que dans certains pays et selon certains médecins fonctionnels notamment, cette fourchette n'est pas bonne. Ils indiquent que l'on est en bonne santé lorsque la TSH est entre 1 et 2,5.

    Lorsque le taux de TSH est au dessus de la moyenne (avec un TSH à 6 mUI/l par exemple), on parle d'hypothyroïdie. La thyroïde fonctionne au ralenti et peut se traduire par plusieurs symptômes : métabolisme lent, grosse fatigue, frilosité inexpliquée, prise de poids, perte d'appétit, douleurs articulaires, crampes, cycle menstruel perturbé, au sèche, perte de cheveux difficultés de concentration, irascibilité…

    Au dessous, on est en hyperthyroïdie (avec un TSH à 0,3 mUI/l par exemple) : un dérèglement de la thyroïde qui produit un excès d'hormones thyroïdiennes. Les effets sont l'accélération de la majorité des fonctions de l'organisme : accélération du rythme cardiaque, amaigrissement (métabolisme accéléré), sensation de chaleur, anxiété ou fatigue chronique.


    Dans mon cas, j'ai une hypothyroïdie et celle-ci est provoquée par la maladie de Hashimoto. J’ai été alarmée par une très grosse fatigue chronique, un des symptômes de l'hypothyroïdie.

    La maladie de Hashimoto

    Qu’est-ce que c’est ?

    La maladie de Hashimoto, décrite pour la première fois en 1912 par un médecin japonais qui lui a donné son nom, est une maladie auto-immune et une des principales causes d'une hypothyroïdie (20 % des affections de la thyroïdes). Pour rappel, une maladie auto-immune résulte d'un dysfonctionnement du système immunitaire conduisant ce dernier à s'attaquer aux constituants normaux de l'organisme. Le corps s'attaque à lui-même. Hors, notre système immunitaire est censé nous protéger contre les molécules extérieures à notre organisme et non contre les molécules qui nous constituent et que nous produisons.
    Mes analyses sanguines montraient en effet la présence de très nombreux anticorps. Cette maladie touche en majorité les femmes.

     

    Causes et traitement

    La maladie de Hashimoto est biologiquement causée par la présence d’anticorps sanguines qui s’attaquent à la thyroperoxydase (anticorps anti-TPO), une enzyme entrant dans la fabrication des hormones thyroïdiennes et aussi à la thyroglobuline, un précurseur des hormones thyroïdiennes. Cela entraîne la perturbation de la fabrication des hormones thyroïdiennes, provoquant le plus souvent une hypothyroïdie.

    Je l'ai compris : les médecins ne savent pas exactement ce qui déclenche cette maladie. Ils ont chacun leurs croyances et vision. Avec les années, j’ai pour mon cas exploré plusieurs pistes de causes possibles du développement de cette maladie.

     

    Lien entre système digestif et Hashimoto

    L’une d’elles est en lien avec le système digestif. En effet, le système immunitaire est principalement concentré au niveau de l’intestin. Hors, nous avons vu que celui-ci ne fonctionne pas correctement avec la maladie de Hashimoto. Le microbiote joue un rôle primordial dans l’immunité. Les micro-organismes qui le composent vivent normalement en symbiose, c'est-à-dire qu’elles remplissent bien leur fonction. Elles protègent notre barrière intestinale. Cela m’a amené à considérer la porosité intestinale : ​​si notre microbiote est défaillant, notre barrière intestinale peut être endommagée. On appelle cela la porosité intestinale ou perméabilité intestinale. La muqueuse intestinale laisse alors passer dans le sang des substances indésirables. Ces dernières activent la réponse du système immunitaire qui s’emballe. On parle aussi de dysbiose, c'est-à-dire un déséquilibre au sein de la flore intestinale. Ces déséquilibres au sein de l’intestin peuvent provoquer des réactions auto-immunes. De plus en plus de preuves scientifiques affirment la corrélation entre un axe thyroïde-intestin et les maladies auto-immunes. D’autres maladies comme le SIBO ou des états comme l’hypochlorhydrie peuvent également interférer avec la maladie de Hashimoto.

     

    Des prédispositions génétiques ?

    On dit aussi qu’il y a souvent une part de génétique dans la maladie de Hashimoto. Des prédispositions dans la famille ou l’existence d’autres maladies auto-immunes.

     

    Des perturbateurs endocriniens ?

    L'utilisation de produits ayant pu perturber votre système endocrinien me semble être une piste tout à fait pertinente. De même, avez-vous ou votre mère pendant sa grossesse, eu un plombage dentaire ? Sa toxicité au vu de sa teneur en mercure pourrait avoir une responsabilité.

     

    Lien entre communication et Hashimoto

    Un autre aspect moins reconnu par les médecins mais qui m’a semblé intéressant serait l'attribution de causes psychologiques à la maladie d’Hashimoto. La thyroïde se situe dans la gorge qui représente la communication. Un problème de communication (quelque chose que l'on a gardé en soi, un secret, des blocages…) pourrait être à la base de la maladie. Il se peut que la sphère transgénérationnelle joue un rôle : des non-dits, des secrets, des problèmes de communications, des tabous à l’époque de nos parents, grands-parents et peut-être même arrières grands-parents et dont le poids s’est transmis au fil des générations. Si cela raisonne en vous, je crois que voir un psychologue peut débloquer certaines choses et vous faire aller mieux.

    Quand on parle de l’aspect psychologique de la maladie de Hashimoto, on parle également souvent de stress. Un moment de stress intense en particulier ou du stress chronique pourrait déclencher la maladie.

     

    Comment soigner cette maladie ?

    La question à 50000 euros... ! Officiellement, la maladie de Hashimoto ne se soigne pas mais on peut en soulager les effets. Certaines naturopathes m'ont indiqué que l'on pouvait mettre la maladie de Hashimoto "en dormance" et se passer d'un traitement hormonal, tout en vivant très bien, mais malgré toutes les recherches que j'ai pu faire, je n'ai pas réussi à en être convaincue. Dans le cas d'une hypothyroïdie (causée par Hashimoto ou pas), les médecins prescrivent un médicament, souvent le Levothyrox qui contient de la T4 (qui se transforme en T3 dans le corps) pour combler le manque des hormones thyroïdiennes. Malgré le médicament et le retour à un taux normal de TSH, j’ai vite remarqué que les symptômes de la maladie restaient présents, en particulier la grande fatigue. Je me suis alors rapidement tournée vers des méthodes naturelles pour essayer de contrer ces effets.

    Astuces naturelles pour mieux vivre avec Hashimoto

    Les nutriments via l’alimentation

    Me tourner vers la naturopathie m’a aidée à mieux vivre aujourd’hui la maladie d’Hashimoto.

     

    En faisant mes recherches, j’ai listé les nutriments importants en cas d'hypothyroïdie. Je vous recommande de trouver un médecin qui voudra bien vous prescrire des analyses en laboratoire pour connaître vos niveaux sanguins. Pas une mince affaire, mais essentiel pour avancer dans la lumière. Ma recommandation est de réussir à atteindre la moyenne haute recommandée par les laboratoires.

     

    Tout d’abord, l’iode joue un rôle essentiel car elle stimule le travail de la thyroïde, c'est-à-dire la synthèse des hormones thyroïdiennes. Il ne faut cependant pas trop en consommer non plus (maximum 600 µg par jour) car un excès d'iode aura un impact négatif. Il est également important d’avoir un apport journalier en sélénium, zinc et fer pour la conversion de T4 en T3. Le sélénium par exemple protège la thyroïde de l’inflammation, notamment lorsque des maladies auto-immunes l’attaquent. La vitamine D est également importante car elle aide les hormones thyroïdiennes à pénétrer dans les cellules. Les vitamines A, B et E jouent également un rôle dans la synthèse des hormones thyroïdiennes et la régulation de la TSH. Leur pouvoir antioxydant permet aussi de lutter contre les inflammations.

     

    Certains aliments sont particulièrement riches en tel ou tel nutriments : par exemple, je prends chaque jour 3 noix du brésil pour le bon sélénium, je consomme régulièrement des crustacés et des huîtres pour leur richesse en zinc et veille à manger assez de protéines, surtout le matin et le midi.

     

    En plus de faire attention aux micro nutriments fournis par mon alimentation, je prends tous les jours des compléments alimentaires afin de me supplémenter en ces nutriments (atteindre un taux normal par rapport aux recommandations journalières). J’espace la prise du médicament au moment où je prends ces compléments, et je les bois avec un liquide froid car la chaleur peut altérer certains d'entre eux. J'en profite pour noter que je prends le Levothyrox 30 à 40 min avant de n'ingérer quoi que ce soit d'autre.

     

    Vous vous demandez peut-être ce qu’il en est du thé matcha, étant une grande adepte ! Le matcha me permet de me fournir de l’énergie, notamment en période de grande fatigue. Encore une fois, je veille cependant à le consommer loin des repas pour ne pas freiner l’absorption du fer. Si je sais que mon repas ne contient pas de Fer, alors je peux bien sûr boire mon matcha avec !

     

    Je me suis également tournée vers la gemmothérapie avec par exemple le macérat de bourgeons de cassis qui sont anti-inflammatoires et tonifiants et qui aident à lutter contre les bouleversements liés aux stress et au bon fonctionnement de l’équilibre hormonal. Le macérat de bourgeons d’amandier est aussi intéressant car il stimule la thyroïde. D’autres éléments intéressants sont les adaptogènes, en particulier l'ashwagandha. En effet, ce dernier supporte l’ensemble du système endocrinien, en particulier la thyroïde et les glandes surrénales. On peut également penser au rhodiola qui permet de lutter contre l’anxiété et renforcer l’immunité. Je recommande cependant de les consommes avant d'aller dormir car ils peuvent nous "détendre" et lorsque l'on est en hypothyroidie, ce n'est pas ce qu'on souhaite ! :)

     

    Retrouver un bien être

    Le stress ayant très certainement un impact sur l’équilibre hormonal, trouver des activités et de petits gestes quotidiens pour être moins stressée m’a semblé une solution toute naturelle pour vivre plus sereinement avec cette maladie et limiter ses symptômes. Développer sa créativité, l’expression de soi me semblent aussi des points très importants. Enfin, faire une activité physique régulière, même s’il s’agit simplement de marche, permet de stimuler le métabolisme et de ne pas rester inactif. Peu bouger fatigue encore plus, alors même dans les périodes les plus difficiles, je vous recommande de vous imposer un minimum de mouvement. Pour ma part, je préfère faire du yoga ou un grande marcha l’après midi ou en fin de journée, mon énergie étant souvent graduelle au cours de la journée.

    Avant de finir, j'ajouterais que je me suis aussi tournée vers la kinesiologie et je suis aussi allée voir un magnétiseur. Ces praticiens ont des approches très différente de celles des médecins et je les ai trouvées pertinentes. Elles m'ont beaucoup aidée.

    Pour conclure, officiellement, on ne guérit pas à ce jour de la maladie de Hashimoto. Le Levothyrox se prend à vie et il existe des alternatives comme le Tcaps (de la T4) ou l’Euthyral (une combinaison de T3 et T4) qui conviennent mieux à certaines personnes. Il existe cependant des astuces naturelles qui permettent d’en soulager les symptômes, de retrouver de la vitalité et améliorer son moral. Mieux vivre sa maladie, réduire l’inflammation voire mettre sa maladie "en dormance". Voici aujourd’hui ce que j’ai mis en place pour ma part et que je souhaitais partager avec vous, en espérant que cela vous aura aidé.

    VOUS AIMEREZ PEUT-ÊTRE

    matcha cérémonie 80 g matcha ceremonie bio

    MATCHA CÉRÉMONIE

    Aucune amertume
    30g
    80 g
    À partir de 34.00€
    Ajouter au panier
    thé matcha premium bio matcha premium

    MATCHA PREMIUM

    Amertume très discrète
    30g
    80g
    À partir de 28.00€
    Ajouter au panier
    chasen pour fouetter thé matcha fouet en bambou

    FOUET POUR THÉ MATCHA EN BAMBOU - CHASEN

    22.90€
    thé hojicha hojicha

    HOJICHA

    Saveurs grillées & réconfort ✨
    30g
    70g
    À partir de 19.90€
    Ajouter au panier
    matcha cérémonie 80 g matcha ceremonie bio

    MATCHA CÉRÉMONIE

    Aucune amertume
    30g
    80 g
    À partir de 34.00€
    Ajouter au panier
    thé matcha premium bio matcha premium

    MATCHA PREMIUM

    Amertume très discrète
    30g
    80g
    À partir de 28.00€
    Ajouter au panier
    chasen pour fouetter thé matcha fouet en bambou

    FOUET POUR THÉ MATCHA EN BAMBOU - CHASEN

    22.90€
    thé hojicha hojicha

    HOJICHA

    Saveurs grillées & réconfort ✨
    30g
    70g
    À partir de 19.90€
    Ajouter au panier

    FAQ

    Qu'est-ce que la maladie d'Hashimoto ?

    <span class="metafield-multi_line_text_field">La maladie d&#39;Hashimoto est une maladie auto-immune et l&#39;une des principales causes d&#39;une hypothyroïdie</span>

    Peut-on soigner naturellement la maladie d'Hashimoto ?

    <span class="metafield-multi_line_text_field">Non, on ne guérit pas la maladie d&#39;Hashimoto mais on peut en soulager les effets grâce à des astuces naturelles et vivre plus paisiblement avec la maladie.</span>